Emma ou l’instinct présent

Catégorie : Grégoire Delacourt, JC Lattès, Roman‎, Nouveautés

Quel genre d’homme est capable de tout faire quitter à une femme ? Pour Emma, il ressemble à Alexandre, aperçu un midi attablé dans une brasserie. Elle a d’abord noté la bouche révélée dans un mouvement de serviette qui suffit à la chavirer. Emma, la quarantaine séduisante, heureuse en ménage entre un mari vendeur de voitures et leurs trois enfants, vacille. Ce n’est pas encore d’amour dont il est question, mais de pur désir attisé par cet inconnu. Une question de chimie à un instant précis. Un autre jour, elle se serait contentée d’imaginer une aventure possible avant d’oublier et de changer de brasserie. Adieu romance et roman. Puisqu’il faut une histoire, dès le lendemain à l’heure du déjeuner Emma guette l’arrivée de cet homme, déjà prête à effacer le confort domestique pour la sensation si grisante de l’inconnu.

Telle Blanquette « La chèvre de Monsieur Seguin », le conte d’Alphonse Daudet auquel Grégoire Delacourt se réfère tout au long du récit, Emma se convainc que la vie est plus savoureuse hors de l’enclos, malgré le péril. Ou plutôt, grâce à lui.

Pourquoi suit-on un jour l’impulsion d’un désir irrépressible avec au fond de soi la certitude qu’on ne sera pas déçu ? Éclopé peut-être, mais pas déçu, non. On doit au thème de la femme infidèle quelques monuments de la littérature. Outre Flaubert (une autre Emma, tiens), les amours clandestines ont inspiré Anna Karenine à Tolstoï ou la Francesca de Robert Waller sur « La route de Madison ». L’une part, l’autre reste. Emma (celle dont il est question ici), choisit de ronger sa corde afin de partir légère et ardente vers l’aventure.

Toutes les femmes de Grégoire Delacourt ne perdent pas la tête. L’on se souvient de sa raisonnable mercière d’Arras soudain nantie d’une petite fortune gagnée à L’EuroMillion dans « La liste de mes envies ». Emma est d’une autre étoffe.

« Danser au bord de l’abîme » commence comme un film de Sautet et se termine en novella. Phèdre dans un camping du Pas-de-Calais perd son panache. Tant d’audace pour finir par éplucher des patates dans une baraque à frittes… Emma, est-ce bien raisonnable ?

L’héroïne de Grégoire Delacourt mise tout sur le tapis vert, enivrée de sa propre audace. Photo Emmanuelle Auguel

« Danser au bord de l’abime » de Grégoire Delacourt. Lattès. 360 pages. 19 €.