Le goût des terres sauvages

Catégorie : Cécile Coulon, Roman‎, Viviane Hamy, Nouveautés

Dominé par une nature minérale, le roman de Cécile Coulon est une pépite.

Le hameau des Fontaines protégé par le verrou des Trois-Gueules, « étau de terre et de caillasse, d’herbe mouillée et de soleils harassants » accueille après guerre André, jeune médecin venu soigner les travailleurs des carrières et les paysans.

Dans son sillage, deux générations s’enracinent à la Cabane, demeure vaste comme un palais. Autour du patriarche, de son fils, de la femme de celui-ci et de leur fille unique, Les Fontaines tissent leur cocon. Or, derrière la forteresse de falaises, chacun s’imagine à l’abri des dangers venus de l’extérieur, sans songer que le péril peut germer au sein de cette communauté organique.

Cécile Coulon trace les contours des mondes qui façonnent une histoire taillée comme une tragédie antique. Les Trois Gueules, zone âpre des ouvriers, se prolonge par les Fontaines, village séduisant au point d’attirer bourgeois et projets immobiliers. Enfin à la périphérie, se projette l’ombre de la ville, territoire utile mais que l’on tient à distance par crainte de voir vaciller les équilibres fragiles.

Pourtant, malgré les verrous, le monde moderne s’infiltre, brouille les rapports sociaux. Loin des regards, des sentiments toxiques infusent. La tension monte peu à peu tandis que les Trois-Gueules semblent rétrécir.

Au creux de ce paysage minéral s’épanouissent les thèmes chers à l’écrivain. Son goût des terres sauvages donne du relief à une nature omniprésente, tantôt hostile tantôt bienveillante. Dans ce décor contrasté, des émois brouillons bousculent les codes sociaux et l’ordre moral. Et quand la pastorale laisse échapper des harmonies discordantes, force de loi revient à la nature prête à foudroyer les mystères.

Cécile Coulon gagne encore en densité. Si attentive aux failles cachées, l’intrépide romancière arrache les secrets avec la pugnacité d’un ouvrier des Trois-Gueules soutirant la pierre aux falaises. De ses phrases aiguisées comme des cailloux, la fille des monts d’Auvergne saisit comme peu d’écrivains français savent le faire l’influence des paysages sur les hommes qui les habitent.

« Trois saisons d’orage » de Cécile Coulon. Viviane Hamy. 266 pages. 19 €. Photo Philippe Dobrowolska.