Les continents de Léonora Miano

Catégorie : Grasset, Léonora Miano, Roman‎, Nouveautés

Depuis dix ans et la parution de « L’intérieur de la nuit », l’écrivain née au Cameroun bâtit une œuvre puissante à rebours des idées reçues sur l’Afrique. De livre en livre, son analyse du lien à l’esclavage et au legs colonial bat en brèche les clichés et interroge chaque continent. Leonora Miano possède cette audace qui lui permet d’explorer grâce ce nouveau roman, l’autre face de « Crépuscule du tourment ».

Plus qu’une suite, « Crépuscule du tourment 2 » choisit un autre poste d’observation, pour une version d’une même histoire cette fois-ci racontée au masculin.

Voix mêlées du roman paru l’année dernière, quatre femmes s’adressaient à Amok, l’homme absent : la mère, l’amante passée, la future épouse et la sœur. Chacune confiait ce qu’elle avait toujours tu: les aspirations, les secrets enfouis, la sexualité, le rapport à l’héritage et à la transmission, mettant au jour ce qu’Amok a préféré esquiver, les tourments comme les mystères.

Fidèle à la forme chorale, ce second volet donne la parole aux hommes, dont Amok, abîmé par sa vie tranchée entre le Continent et le Nord et par son rapport aux femmes marqué dès l’enfance du sceau d’un père brutal. De retour au pays avec son fils adoptif, il fuit la malédiction de la violence, l’épouse laissée pour morte, mais aussi ce qu’il appelle « la Noirie », cet état aux frontières impalpables dans lequel le « Nord » enferme ceux qui viennent d’Afrique.

Chez Leonora Miano, les mots sont pleins de violence et de tendresse. Elle donne vie à des caractères complexes, tiraillés entre les héritages ancestraux et la tentation de s’en défaire. C’est cet équilibre instable qu’elle interroge encore à travers des personnages brûlants en quête d’une identité fiable et de leur place dans le monde.

Charnelle, musicale, cette voix puissante tire sa force d’une portée singulière et universelle. Ainsi naissent des romans magnétiques dont les architectures parfaitement maîtrisées mêlent l’Histoire et l’intime. Ses livres grattent et bousculent, parce qu’ils ne jugent ni n’exonèrent. Léonora Miano a un talent fou en somme.

Léonora Miano fouille les ombres pour mettre à nu les tensions qui relient deux continents.

« Crépuscule du tourment 2 » par Léonora Miano. Grasset. 320 pages. 20 €. Photo Jean-François Paga.