Nicolas Le Floch entre cour et crimes

Catégorie : 10/18, Jean-François Parot, Poche, Nouveautés

Quinze ans de crimes, de chevauchées, d’intrigues de cour, de rebondissements et d’amours flamboyantes. Quinze ans que Nicolas Le Floch nommé commissaire au Châtelet par Louis XV, enquête aux côtés de son inspecteur, le fidèle Bourdeau. Le coruscant commissaire, par ailleurs marquis de Ranreuil, galope ainsi d’une aventure l’autre, se réchauffe aux amitiés réunies en la maison de Noblecourt, l’une des tables les plus raffinées de Paris grâce aux talents de Catherine l’accorte cuisinière.

En quinze ans et treize romans, Jean-François a accéléré la course du XVIIIème siècle. La couronne est passée de Louis le Bien-Aimé à Louis XVI sans que son héros perde une once de son crédit à Versailles. Le passage des années a tempéré la fougue du commissaire, devenu plus carrosse que chevauchées à bride abattue, mais il a gagné en sagesse. Au point de pouvoir en remontrer parfois à Sartine, ex lieutenant général de police, mais toujours l’homme le mieux renseigné du royaume. 

Quinze ans donc de rendez-vous réguliers, sans que le lecteur se lasse. Grâces en soient rendues au commissaire au Châtelet, familier des rois et des tire-laine, qui vieillit à l’amble de son siècle. Jean-François Parot permet ainsi à son personnage d’évoluer avec la société française. Le fringuant jeune homme dont les aventures dans « L’énigme des Blancs-Manteaux » commencent en 1761, approche désormais de la cinquantaine. En son fils Louis, Nicolas Le Floch retrouve ce qu’il fut à son arrivée à Versailles. A la différence fondamentale que les temps changent.

A petites touches, le romancier montre les fissures du pouvoir et les fractures qui se dessinent dans la société. Situé en 1786, le nouvel opus est un épisode charnière de la série. Sur fond de la fameuse « Affaire du collier de la reine », la nouvelle enquête naît des habitudes dispendieuses de Marie-Antoinette. L’opinion publique s’agace. Au plus près du commissaire, l’inspecteur Bourdeau lui-même, n’est pas insensible aux idées nouvelles, ce qui inquiète parfois Nicolas Le Floch marquis de Ranreuil. 

Or, avec « L’inconnu du pont Notre-Dame », Jean-François Parot réserve un rebondissement spectaculaire, promesse d’une suite palpitante lorsque l’aristocrate sera confronté au grand souffle de l’Histoire. En attendant, cette nouvelle enquête se lit avec le plaisir gourmand de traîner dans le Paris des Lumières où l’on croise Restif de la Bretonne ou Louis-Sébastien Mercier, dont les récits inspirent si bien Jean-François Parot. 

« Les enquêtes de Nicolas Le Floch. L’Inconnu du pont Notre-Dame » Jean-François Parot. 10/18. 8,40 €.