Un soleil à la table Belmondo

Catégorie : Essai‎, Luana Belmondo, Rencontre

Épouse de Paul et belle-fille de Jean-Paul, l'Italienne Luana Belmondo invite à la table familiale.

Les Français l'ont découverte grâce à l'émission « C à vous » où elle régalait les invités de plats ensoleillés. La radieuse Luana Belmondo s'y révélait telle qu'en elle-même, simple, joyeuse et italiannissime.

Nourrir de grandes tablées n'effraie pas la Romaine. « Je ne suis pas un chef, mais une cuisinière au quotidien, une adepte de la cuisine facile », assure-t-elle. « Aussi loin que remontent mes souvenirs, je retrouve des odeurs de repas. Ma mère commençait tôt. Dès 6 heures, elle se mettait aux fourneaux. Chez nous le matin, les odeurs des sauces et des viandes mijotées remplaçaient celles du café ».

Luana a d'ailleurs découvert les vertus du petit-déjeuner à son arrivée dans la famille Belmondo. « En Italie, on se contente d'un café noir le matin. En revanche, à l'heure du déjeuner, on s'attable vraiment. C'est la pasta, suivie d'un poisson ou d'une viande. et parfois de la sieste ! ». Devenue mère de trois garçons, elle a protégé les vertus d'une cuisine familiale. « Comme je n'ai pas travaillé quand mes enfants étaient petits, aucun d'eux n'a jamais mangé à la cantine. Et bien souvent, les déjeuners accueillaient aussi les copains d'école ! », se flatte Luana.

La générosité du clan Belmondo

Généreuse, l'Italienne ne conçoit la cuisine que dans le partage. Anecdote amusante, sa rencontre avec Paul s'est déroulée à la table d'un restaurant italien. « C'est Anthony Delon qui nous a présentés. Je n'avais pas 19 ans. Paul a toujours assuré qu'il avait eu un coup de foudre. Moi, franchement, je ne m'en souviens pas. Je comprenais à peine quelques mots de français et lui ne parlait pas italien. C'est plus tard qu'il m'a conquise. Lorsqu'il est venu me rejoindre à Rome ».

Luana découvre alors le clan Belmondo. « Au début, je n'avais pas compris que Paul était le fils de Jean-Paul. C'est dire ! J'ai été élevée à la comédie italienne et je ne mesurais pas la célébrité de mon futur beau-père. J'avais bien vu « Itinéraire d'un enfant gâté », mais l'acteur français que je connaissais le mieux, c'était Louis de Funès ! »

La belle romaine devine qu'elle côtoie un acteur culte. « J'étais éblouie, impressionnée. À 19 ans, quand on entre dans une grande famille comme celle-là, on a peur de décevoir. Loin de chez moi, j'étais timide ».

C'est la table encore qui libère et réchauffe. « J'ai retrouvé dans cette famille le goût des repas généreux faits de partage et d'amitié. Chez moi, à Rome, mes parents invitaient des personnes souvent âgées qui restaient seules le 24 décembre. Le même état d'esprit existe chez les Belmondo ».

Luana a instauré la tradition du repas familial dominical autour de Jean-Paul et des amis de toujours comme Charles Gérard. « Le plus souvent, je cuisine des plats italiens car tout le monde les aime. Des risottos, des lasagnes, des antipasti, des choses très simples. Le plus important, c'est de faire plaisir ».

Quand Paul, également comédien ramène toute la troupe à manger, son épouse est aux anges. Ce goût de la cuisine, Luana l'a transmis à son fils Alessandro qui se destine aux fourneaux. « Je crois que je l'ai influencé et je suis ravie qu'il se tourne vers la cuisine. Enfant, il était toujours auprès de moi lorsque je préparais les repas.  En stage chez Hélène Darroze à Londres, il est capable de plats bien plus élaborés que les miens. Paul, lui, a commencé à cuisiner lorsque j'ai travaillé. Il maîtrise la cuisson des pâtes de façon exceptionnelle » reconnaît-elle.

Depuis qu'elle a rendu son tablier de cuisinière de l'émission « C à vous », Luana Belmondo a plusieurs plats au feu. Outre son livre, « Mes recettes bonne humeur », elle partage avec le nutritionniste Jean-Michel Cohen une émission quotidienne sur la chaîne MCS Maison. « Les gens sont de plus attentifs aux conseils alimentaires. J'ai d'autres projets afin de parler de nourriture sous l'angle sociétal, économique, santé. Les pures émissions de recettes commencent à lasser. Il faut donner du contenu ».

Luana illustre l'adage qu'elle a placé en exergue de son livre de cuisine : « Les Italiens sont des Français de bonne humeur ». « C'est vrai que je ne suis pas râleuse pour deux sous. J'aime la vie, je suis heureuse de ce qu'elle m'offre. Je veux déguster ce passage sur terre de façon gourmande ». Ce qui lui manque de Rome ? « Le soleil. Et puis, à Rome, dès que tu sors, tu te sens belle parce que les hommes te complimentent. »

" Mes recettes bonne humeur" par Luana Belmondo. Cherche-Midi.

Photo Philippe DOBROWOLSKA.